Nouvelle : note sur l’alternumérisme et la décroissance numérique

Annonce d’une publication intitulée « Société postcroissance et technologies numériques » publiée sur le site web de Polémos, groupe de recherche indépendant sur les sociétés postcroissance, par E. Caccamo.

Extrait : « Nos sociétés, de nos modes de production à nos médiations sociales en passant par la culture, sont aujourd’hui profondément intriquées aux technologies numériques d’information et de communication (TNIC). Et pour cause, lancés à plein régime dans la « révolution numérique », les gouvernements occidentaux s’évertuent à soutenir les instances privées et publiques dans le déploiement de tout un arsenal de nouvelles « innovations » numériques. Par le prisme de différents programmes, les différents paliers gouvernementaux souscrivent benoîtement à l’idéologie selon laquelle l’invasion du numérique au cœur de nos sociétés est un élément nécessaire à l’économie, au « développement durable », au bien-être et à un meilleur gouvernement des peuples… ».

Lire la suite.

Sobriété numérique

Fiche n°3

Le terme « sobriété numérique » a été mentionné pour la première fois en 2008 dans la communauté GreenIT.fr, fondée par Frédéric Bordage, pour questionner les dimensions sociale, sociétale et environnementale du numérique. La sobriété concerne à la fois les composants, la consommation d’énergie nécessaire, l’impact carbone ou encore celui des data centers dans l’environnement dans lesquels ils s’inscrivent.

Continuer la lecture de « Sobriété numérique »

Low-tech

Fiche no 2

Nombreux sont les projets de design numérique qui se revendiquent de plus en plus dans une démarche de conception dite low-tech. Que recouvre ce terme et comment le resituer dans une réflexion sur les imaginaires des techno-médias alternatifs ?

S’il existe plusieurs définitions du terme, on peut distinguer deux définitions du low-tech. Il désigne le plus souvent des « technologies sobres, agiles, durables, résilientes » (Bihouix, 2014). Mais le terme est aussi utilisé pour qualifier une méthode de « conception raisonnée, résiliente et accessible de la technologie » (Valette, 2019).

Continuer la lecture de « Low-tech »

Minismalisme numérique (minimalisme digital)

Fiche no 1

La notion « minismalisme numérique » a été popularisée par Cal Newport, professeur en sciences informatiques à l’Université de Georgetown (États-Unis) dans un essai publié en 2019 et traduit en français l’année suivante[1]. Selon l’auteur, le « minimalisme numérique » est une « philosophie » de l’utilisation des technologies, il renvoie à un ensemble de pratiques à mettre en place selon des « valeurs » personnelles.

La notion s’adresse foncièrement aux individus, aux quidams. Il n’est donc pas surprenant que la notion ait été reprise par de nombreux blogues francophones personnels[2]. Ceux-là font la promotion de différentes méthodes, par exemple, pour réduire le temps passé sur les écrans, pour sélectionner les outils numériques essentiels et « compenser le coût écologique de notre activité numérique » [sic] (entendons ici « compensation carbone ») à l’aide du moteur de recherche Ecosia ou de lilo[3].

Continuer la lecture de « Minismalisme numérique (minimalisme digital) »

Parution : Contre l’alternumérisme

Parution du livre Contre l’alternumérisme (2020) de Julia Laïnae & Nicolas Alep aux éditions La lenteur.

Couverture du livre Contre l'alternumérisme

« Pourquoi nous ne vous proposerons pas d’“écogestes numériques” ni de solutions pour penser une “démocratie numérique”. »

Résumé de l’éditeur

L’alternumérisme a le vent en poupe : cyberminimalisme, smartphones équitables, inclusion numérique, ateliers de détox digitale, logiciel libre, open data, démocratie en ligne, neutralité du net… ils sont nombreux à croire, (ou à vouloir nous faire croire), que la nouvelle économie de l’information pourrait tourner à l’avantage de tous ou, du moins, qu’on pourrait en contenir les effets les plus néfastes. Ce livre détruit méthodiquement cette théorie dangereuse, appelle à s’extraire de l’utopie numérique, à refuser la numérisation du monde.