Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction

Qu’y a t’il de commun entre l’installation Casino Las Datas, réalisée par Sylvia Fredriksson Filipe Vilas-Boa et Albertine Meunier en 2017, un projet expérimental comme Mahjouba Initiative, porté par Eric Van Hove à l’atelier Luma à Arles et le Streamix proposé par des étudiants en design pour écouter et partager de la musique sans streaming en 2021 ?

Ces projets interrogent tous nos usages des dispositifs et environnements numériques, de nos données personnelles et invitent à questionner les trajectoires culturelles des technologies actuelles pour en imaginer d’autres, alternatives.

L’article “Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction co-écrit par Marie-Julie Catoir-Brisson et Nicolas Chauveau et publié dans la revue Design, Arts, Médias fin 2021 s’intéresse justement au design low-tech et à la sobriété numérique portés par des projets qui s’appuient sur l’éco-conception ou la réutilisation de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Ces projets ouvrent la voie à un imaginaire de la technologie qui questionne l’acceptabilité d’objets de moindre confort. Ainsi, dans quelles mesures se transforme notre relation aux objets et services numériques ? Comment continuer à faire du design et cultiver la désirabilité avec des ressources limitées ? Qu’est ce qui constitue un usage dégradé désirable – où le peu s’envisage comme une contrainte créative ? Pour répondre à ce questionnement, l’analyse du corpus de projets démontre la contribution du design pour faire émerger d’autres trajectoires culturelles de la technologie par la pratique, conduisant à définir des usages dégradés désirables.

Continuer la lecture de « Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction »

Parution : Rhétoriques, métaphores et technologies numériques

Parution du livre Rhétoriques, métaphores et technologies numériques. L’influence du langage sur notre perception de la numérisation du monde (2022) codirigé par Emmanuelle Caccamo et Maude Bonenfant aux Presses de l’Université du Québec.

Rhétoriques, métaphores et technologies numériques

Résumé

Le développement des technologies informatiques, à l’exemple de la ville connectée, des données massives (big data) et de l’intelligence artificielle est appuyé par un ensemble de discours à visée persuasive. Par divers procédés de langage, figures et stratégies rhétoriques, ces argumentaires visent notamment à légitimer une numérisation de plus en plus croissante des sociétés. Les métaphores jouent à ce sujet un rôle crucial. Bien qu’elles puissent avoir une fonction esthétique ou pédagogique, elles peuvent également endosser un rôle idéologique et ainsi véhiculer des valeurs morales et politiques particulières et nous détourner d’enjeux fondamentaux. L’exemple bien connu de la métaphore du « nuage » informatique porte une vision quasi idéale de la technologie numérique et participe malencontreusement à persuader du caractère « immatériel » des réseaux et des systèmes informatiques. L’imagerie légère et vaporeuse de la figure occulte l’ampleur du désastre écologique lié aux développements du numérique.

Ce livre s’adresse à un lectorat universitaire, mais aussi à un public averti qui s’intéresse aux technologies, aux discours et à la société. Il présente différentes études de déconstruction des métaphores employées pour qualifier les nouvelles technologies et saisir l’importance éthique d’examiner minutieusement les discours argumentatifs sur les données massives, la ville intelligente, la robotique, les jeux vidéo et, plus largement, sur le numérique.

Aller sur le site web de l’éditeur

Nouvelle : note sur l’alternumérisme et la décroissance numérique

Annonce d’une publication intitulée « Société postcroissance et technologies numériques » publiée sur le site web de Polémos, groupe de recherche indépendant sur les sociétés postcroissance, par E. Caccamo.

Extrait : « Nos sociétés, de nos modes de production à nos médiations sociales en passant par la culture, sont aujourd’hui profondément intriquées aux technologies numériques d’information et de communication (TNIC). Et pour cause, lancés à plein régime dans la « révolution numérique », les gouvernements occidentaux s’évertuent à soutenir les instances privées et publiques dans le déploiement de tout un arsenal de nouvelles « innovations » numériques. Par le prisme de différents programmes, les différents paliers gouvernementaux souscrivent benoîtement à l’idéologie selon laquelle l’invasion du numérique au cœur de nos sociétés est un élément nécessaire à l’économie, au « développement durable », au bien-être et à un meilleur gouvernement des peuples… ».

Lire la suite.

Sobriété numérique

Fiche n°3

Le terme « sobriété numérique » a été mentionné pour la première fois en 2008 dans la communauté GreenIT.fr, fondée par Frédéric Bordage, pour questionner les dimensions sociale, sociétale et environnementale du numérique. La sobriété concerne à la fois les composants, la consommation d’énergie nécessaire, l’impact carbone ou encore celui des data centers dans l’environnement dans lesquels ils s’inscrivent.

Continuer la lecture de « Sobriété numérique »

Low-tech

Fiche no 2

Nombreux sont les projets de design numérique qui se revendiquent de plus en plus dans une démarche de conception dite low-tech. Que recouvre ce terme et comment le resituer dans une réflexion sur les imaginaires des techno-médias alternatifs ?

S’il existe plusieurs définitions du terme, on peut distinguer deux définitions du low-tech. Il désigne le plus souvent des « technologies sobres, agiles, durables, résilientes » (Bihouix, 2014). Mais le terme est aussi utilisé pour qualifier une méthode de « conception raisonnée, résiliente et accessible de la technologie » (Valette, 2019).

Continuer la lecture de « Low-tech »

Minismalisme numérique (minimalisme digital)

Fiche no 1

La notion « minismalisme numérique » a été popularisée par Cal Newport, professeur en sciences informatiques à l’Université de Georgetown (États-Unis) dans un essai publié en 2019 et traduit en français l’année suivante[1]. Selon l’auteur, le « minimalisme numérique » est une « philosophie » de l’utilisation des technologies, il renvoie à un ensemble de pratiques à mettre en place selon des « valeurs » personnelles.

La notion s’adresse foncièrement aux individus, aux quidams. Il n’est donc pas surprenant que la notion ait été reprise par de nombreux blogues francophones personnels[2]. Ceux-là font la promotion de différentes méthodes, par exemple, pour réduire le temps passé sur les écrans, pour sélectionner les outils numériques essentiels et « compenser le coût écologique de notre activité numérique » [sic] (entendons ici « compensation carbone ») à l’aide du moteur de recherche Ecosia ou de lilo[3].

Continuer la lecture de « Minismalisme numérique (minimalisme digital) »

Parution : Contre l’alternumérisme

Parution du livre Contre l’alternumérisme (2020) de Julia Laïnae & Nicolas Alep aux éditions La lenteur.

Couverture du livre Contre l'alternumérisme

« Pourquoi nous ne vous proposerons pas d’“écogestes numériques” ni de solutions pour penser une “démocratie numérique”. »

Résumé de l’éditeur

L’alternumérisme a le vent en poupe : cyberminimalisme, smartphones équitables, inclusion numérique, ateliers de détox digitale, logiciel libre, open data, démocratie en ligne, neutralité du net… ils sont nombreux à croire, (ou à vouloir nous faire croire), que la nouvelle économie de l’information pourrait tourner à l’avantage de tous ou, du moins, qu’on pourrait en contenir les effets les plus néfastes. Ce livre détruit méthodiquement cette théorie dangereuse, appelle à s’extraire de l’utopie numérique, à refuser la numérisation du monde.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search