Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction

Qu’y a t’il de commun entre l’installation Casino Las Datas, réalisée par Sylvia Fredriksson Filipe Vilas-Boa et Albertine Meunier en 2017, un projet expérimental comme Mahjouba Initiative, porté par Eric Van Hove à l’atelier Luma à Arles et le Streamix proposé par des étudiants en design pour écouter et partager de la musique sans streaming en 2021 ?

Ces projets interrogent tous nos usages des dispositifs et environnements numériques, de nos données personnelles et invitent à questionner les trajectoires culturelles des technologies actuelles pour en imaginer d’autres, alternatives.

L’article “Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction co-écrit par Marie-Julie Catoir-Brisson et Nicolas Chauveau et publié dans la revue Design, Arts, Médias fin 2021 s’intéresse justement au design low-tech et à la sobriété numérique portés par des projets qui s’appuient sur l’éco-conception ou la réutilisation de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Ces projets ouvrent la voie à un imaginaire de la technologie qui questionne l’acceptabilité d’objets de moindre confort. Ainsi, dans quelles mesures se transforme notre relation aux objets et services numériques ? Comment continuer à faire du design et cultiver la désirabilité avec des ressources limitées ? Qu’est ce qui constitue un usage dégradé désirable – où le peu s’envisage comme une contrainte créative ? Pour répondre à ce questionnement, l’analyse du corpus de projets démontre la contribution du design pour faire émerger d’autres trajectoires culturelles de la technologie par la pratique, conduisant à définir des usages dégradés désirables.

L’article vise à comprendre dans quelles mesures les contraintes de sobriété et de réutilisation, appliquées aux objets numériques électroniques, donnent lieu à des usages dégradés : les objets ne sont plus considérés dans un état parfait, celui promu par la majorité des acteurs de l’industrie actuelle (concepteurs, designers, industriels, revendeurs, publicitaires, etc.). Ils ne proposent a priori pas le même confort que des objets neufs : usés au plan esthétique, ils ont éventuellement perdu des fonctions. Mais ces usages dégradés peuvent aussi rendre les objets créés désirables. Le corpus étudié démontre la diversité des projets contemporains qui se développent dans une optique de sobriété numérique. Certains projets sont expérimentaux, comme ceux de Tom Hebrard, de Kodjo Afate Gnikou, ou le projet Désirer ce qui est jeté. D’autres sont plus opérationnels, voire industriels, comme Fairphone, Mudita, Lightphone ou même ARA. Plus précis que le terme ‘low-tech’, les concepts de contre-faire numérique (Laurence Allard), et de numériques situés (Nicolas Nova et Gauthier Roussilhe) semblent plus opératoires pour analyser ce corpus. Les étudiants en design ont aussi embrassé avec conviction les enjeux et les contraintes créatives qui s’offrent au designer confronté à la problématique de la réutilisation. Certains proposent des formes qui assument leurs spécificités (hétérogénéité, traces de fabrication, etc.) et nourrissent l’esthétique de ces néo-objets (projet StopWatch). D’autres vont jusqu’à rendre visibles et réparables les composants issus de la réutilisation, conduisant ainsi les usagers à être plus autonomes (projet MakerPod). Parfois, la transformation de la relation aux objets et services numériques va plus loin, quand certaines fonctionnalités ont été abandonnées, engendrant alors des usages dégradés assumés par les concepteurs. Mais d’autres usages ont aussi été développés, pour apprendre ou simplement pour échanger autrement : cela ouvre potentiellement à une montée en compétence technique et sociale, à une reconquête de l’autonomie (projet Streamix). Ces choix de design soulèvent la question de l’acceptabilité d’objets et services numériques de moindre confort  et ouvrent la voie à des imaginaires alternatifs de la conception — en réaction à une vision du monde technique hégémonique, incarnée par le développement des objets connectés, de l’informatique ubiquitaire et du transhumanisme.

Cet article a été présenté le 12 novembre 2021, lors d’une journée d’étude organisée dans le cadre du lancement du n° 3 de la revue Design, Arts, Médias, soutenue par l’Institut ACTE-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : une journée édifiante autour du design du peu — portée par les membres de la communauté de la recherche en art et en design.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Julie CATOIR-BRISSON (5 juillet 2022). Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction. Les imaginaires du développement technologique. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4c9


Auteur/autrice : Marie-Julie CATOIR-BRISSON

Professeure associée au département Communication, Culture et Langues, Audencia Nantes Membre associée aux laboratoires PROJEKT, Université de Nîmes et MICA, Université Bordeaux Montaigne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search