Essai de cartographie des notions « alternuméristes » (projet)

La dernière décennie a vu émerger un grand nombre de notions et de concepts véhiculant l’idée que des formes numériques alternatives peuvent exister. Si l’on se réfère seulement au domaine des médias, on parle par exemple de « Dumb phone », de « médias low tech », de « données durables », d’« écoconception numérique », « de minimalisme numérique », etc. Certaines notions, comme « Internet des objets soutenables », éprouvent l’oxymore sans mesure. La dimension « alternative »[1] cristallisée par certains de ces termes peut se rapporter au développement d’une éthique sur le plan sociopolitique (plus « soutenable » socialement). Elle peut aussi se référer à une volonté de créer des médias numériques plus « soutenables », « durables », en somme, plus éthiques et écologiques sur le plan environnemental. Toutes ces notions « alternuméristes »[2] ont cependant été forgées par des agents sociaux très différents, issus de différentes sphères de la société, et il peut être difficile de faire la part des choses. Certains termes amalgament capitalisme numérique et croissance verte quand d’autres témoignent d’un positionnement plus critique. Comment s’y retrouver finalement? Par qui sont forgées ces notions et à qui s’adressent-elles? Cet essai de cartographie conceptuelle, voué à évoluer, vise à dresser un premier portrait. Le projet se matérialise par différentes fiches qui seront mises en ligne régulièrement. Une synthèse sera proposée ultérieurement.

Liste des fiches notionnelles :



[1] Le terme « alternative » nécessitera d’être interrogé : de quoi parle-t-on lorsque l’on emploie le mot « alternative »? Alternative au numérique hégémonique?

[2] Je reprends ce terme à Julia Laïnae & Nicolas Alep, Contre l’alternumérisme, La lenteur, 2020. Voir aussi Nicolas Alep & Julia Laïnae, « Critique de l’alternumérisme », Technologos, 2019. En ligne <https://technologos.fr/index.php?fic=text/trib/critique_alternumerisme.php>.


Auteur/autrice : Emmanuelle CACCAMO

Emmanuelle Caccamo est docteure en sémiologie. Elle est professeure au Département de lettres et communication sociale de l'Université du Québec à Trois-Rivières.