À propos

Lancé début 2020, ce carnet de recherche est coordonné par Emmanuelle Caccamo, Professeure en sémiologie au Département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois Rivières (UQTR) et Marie-Julie Catoir-Brisson, Maîtresse de conférences en design et communication à l’Université de Nîmes.

Pourquoi ce projet de recherche ?

De nombreux projets s’affichant comme « éthiques », « durables » ou « soutenables » voient le jour dans le domaine des technologies et des médias numériques. On parle ainsi de « Dumb phone », de « médias low tech », d’« Internet des objets soutenables », de « données durables », d’« écoconception numérique », « de minimalisme numérique », d’« innovations frugales », d’« artisanat numérique », pour ne citer que cela. Ce carnet a pour visée de répertorier ces initiatives dites « alternatives » et d’en questionner les prémisses idéologiques à partir d’une approche technocritique. Au carrefour du design, de la communication, des études des médias et de la sémiotique, ce projet interroge plus particulièrement les imaginaires de la soutenabilité techno-médiatique en circulation en Occident et s’accompagne nécessairement d’un questionnement sur la variété des acceptions du terme « soutenabilité ».

Quels sont les objectifs du carnet de recherche ?

Il s’agit de partager notre veille de projets et nos lectures inspirantes, nos cartographies conceptuelles ainsi que les avancées de notre programme de recherche sur les imaginaires des technologies et des médias numériques dits éthiques et soutenables.