Atelier de spéculation sur les futurs désirables avec les étudiant·e·s aux 2e cycles en communication sociale (UQTR)

Dans le cadre du séminaire Imaginaires, médias et nouvelles technologies offert à l’automne 2023 par la professeure Emmanuelle Caccamo à la maîtrise en communication au Département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières, les étudiant·e·s ont été invité·e·s à participer à un atelier de spéculation sur les imaginaires et le développement technologique. Cette expérimentation est une variation sur l’atelier pensée et organisé à Nantes (France) en octobre 2023 par Design Friction (Léa Lippera et Bastien Kerspern) avec la collaboration de Marie-Julie Catoir-Brisson et Emmanuelle Caccamo.

L’un des objectifs de l’atelier était d’amener les étudiant·e·s à (re)penser certains objets technologiques actuels (technologies d’information et de communication) à la lumière de différents types d’imaginaires et de trajectoires techniques possibles. L’expérimentation visait à jouer avec les possibles tout en s’interrogeant sur le futur technologique que l’on peut désirer. Plusieurs questions orientaient l’atelier : comment nos techniques pourraient-elles être refaçonnées, voire remplacées selon tel ou tel type de valeurs en fonction de différents contextes? De quelles manières peut-on le faire et quelles sont les limites ou les enjeux? Qu’entend-t-on par futurs désirables et comment les étudiant·e·s se représentent cette idée? À quoi ressembleraient nos sociétés et notre système technique si ces imaginaires venaient à s’imposer?

L’atelier s’est déroulé en trois phases. Dans la première partie, chaque sous-groupe avait pour mission de refaçonner ou de repenser trois objets technologiques issu du système actuel avec différents types d’imaginaires : chacune des équipes, composée de 3 à 5 personnes, disposait de cinq cartes « Imaginaires » (par ex. Imaginaire du renoncement) et de cinq cartes « Objet technologique » (par ex. Maison connectée) tirées au sort parmi un ensemble de possibilités.

Une carte joker était disponible pour chaque type de cartes (« Imaginaire au choix » et « Objet au choix ») : le but était de laisser le choix aux étudiant·e de définir par eux/elles-mêmes une autre forme d’« imaginaire désirable » en fonction de leurs valeurs et/ou d’expérimenter l’atelier avec un autre objet qui n’était pas proposé. Il aurait été possible de combiner plusieurs cartes « Imaginaires » ensemble.

Dans la deuxième partie, chaque groupe a dû choisir un seul objet refaçonné parmi les trois combinaisons élaborées dans la première phase en vue de construire un « fragment du futur » : les étudiant·e·s devaient se projeter dans le futur et créer un microrécit sur un objet refaçonné en se servant de différents supports communicationnels pour rendre compte, dans une dernière partie de l’atelier, de leur expérimentation (affiche, petite annonce, dessin, etc.).

Dans leurs spéculations, certaines équipes ont souhaité poursuivre dans les trajectoires de développement technologique actuelles pour les prolonger. C’est par exemple le cas de CineMia[1], une sorte de « Netflix du futur » où les films sont composés de façon écoconçue par une intelligence artificielle avec des paramètres fournis par un usager (le nom des acteurs ou actrices principaux, le récit, etc.) ou avec l’idée de maison familiale virtuelle[2] pour rassembler les proches répartis sur les différents continents. D’autres équipes ont fait des compromis[3], à l’exemple de la maison (re)connectée (figure 1) qui mêle logique des objets connectés et captation de données à une vision plus commune et spirituelle de collecte des données et de gestion des capteurs.

Figure 1 – Maison (re)connectée – Dessin de l’équipe 3.
« La maison reconnectée comble nos besoins individuels tout en respectant les besoins collectifs.  […] C’est l’objet qui nous rejoignait toutes le plus parmi ceux qui étaient présents. Il rejoignait nos valeurs individuelles et nos aspirations. »

Enfin, d’autres équipes ont pensé le renoncement à des techniques dominantes comme le cloud [4] pour mettre l’humain au centre, repenser les liens sociaux non numériques et retrouver des formes de rituels riches autour des enjeux de mémoire.


[1] Équipe 1 : Éric D’Anjou, Étienne Dubois, Geneviève Mercier et Laura Pueyo Albo.

[2] Équipe 2 : Jerry Jean Charles, Yaya Sanou, Mouhamadou El Hadji Cisse.

[3] Équipe 3 (maison reconnectée) : Christine Groleau, Julie Salvador, Briddie Nkwankam, Camille Ollier ; Équipe 4 : Claude Ricard et Martine Diedhiou.

[4] Équipe 5 : Jérémie De Broyer, Kaïm Demers, Stéphane Guerin Dima Ngaba, Theo Falone et Sarah Khalil.

Appel à contributions : « LES IMAGINAIRES DU DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE : UNE TYPOLOGIE »

Appel à contributions pour manuscrit

Coordonné par Emmanuelle Caccamo (Université du Québec à Trois-Rivières) et Marie-Julie Catoir-Brisson (Audencia SciencesCom Nantes)

Cet appel à contributions naît d’un désir de questionner le développement technologique par le prisme de la notion d’« imaginaire ». Partant de représentations médiatiques et socioculturelles (œuvres littéraires, cinématographiques, etc.), de discours (publicitaires, institutionnels, etc.), mais aussi d’expérimentations matérielles (projets de conception, expérimentations artistiques, design fiction, etc.), nous souhaitons dresser un inventaire réflexif des types d’imaginaires du développement technique qui coexistent en vue de les faire dialoguer. Ce projet s’inscrit notamment dans la poursuite des travaux de Pierre Musso (2014) en interrogeant de façon critique les différentes trajectoires techniques (Gras, 2003 ; 2013) qui existent en Occident et au-delà (Escobar, 2018).

Dans un contexte marqué par des débats de plus en plus polarisés, ce projet aborde les questionnements soulevés par le développement technologique et les imaginaires qui l’accompagnent ; à partir d’approches interdisciplinaires en communication, en design, en histoire, en lettres, en sociologie, en anthropologie, en éducation, en philosophie, en sciences de l’ingénieur, pour ne citer que celles-ci, l’ambition du projet éditorial est de catégoriser ces imaginaires, d’observer comment ils sont configurés : quelles formes adoptent-ils, quelles valeurs et visions du monde portent-ils, à quels moments émergent-ils, quels buts les animent et quels groupes les ont forgés ou s’en font le relai ?

Lire l’appel au complet.

Parution : Rhétoriques, métaphores et technologies numériques

Parution du livre Rhétoriques, métaphores et technologies numériques. L’influence du langage sur notre perception de la numérisation du monde (2022) codirigé par Emmanuelle Caccamo et Maude Bonenfant aux Presses de l’Université du Québec.

Rhétoriques, métaphores et technologies numériques

Résumé

Le développement des technologies informatiques, à l’exemple de la ville connectée, des données massives (big data) et de l’intelligence artificielle est appuyé par un ensemble de discours à visée persuasive. Par divers procédés de langage, figures et stratégies rhétoriques, ces argumentaires visent notamment à légitimer une numérisation de plus en plus croissante des sociétés. Les métaphores jouent à ce sujet un rôle crucial. Bien qu’elles puissent avoir une fonction esthétique ou pédagogique, elles peuvent également endosser un rôle idéologique et ainsi véhiculer des valeurs morales et politiques particulières et nous détourner d’enjeux fondamentaux. L’exemple bien connu de la métaphore du « nuage » informatique porte une vision quasi idéale de la technologie numérique et participe malencontreusement à persuader du caractère « immatériel » des réseaux et des systèmes informatiques. L’imagerie légère et vaporeuse de la figure occulte l’ampleur du désastre écologique lié aux développements du numérique.

Ce livre s’adresse à un lectorat universitaire, mais aussi à un public averti qui s’intéresse aux technologies, aux discours et à la société. Il présente différentes études de déconstruction des métaphores employées pour qualifier les nouvelles technologies et saisir l’importance éthique d’examiner minutieusement les discours argumentatifs sur les données massives, la ville intelligente, la robotique, les jeux vidéo et, plus largement, sur le numérique.

Aller sur le site web de l’éditeur

Nouvelle : note sur l’alternumérisme et la décroissance numérique

Annonce d’une publication intitulée « Société postcroissance et technologies numériques » publiée sur le site web de Polémos, groupe de recherche indépendant sur les sociétés postcroissance, par E. Caccamo.

Extrait : « Nos sociétés, de nos modes de production à nos médiations sociales en passant par la culture, sont aujourd’hui profondément intriquées aux technologies numériques d’information et de communication (TNIC). Et pour cause, lancés à plein régime dans la « révolution numérique », les gouvernements occidentaux s’évertuent à soutenir les instances privées et publiques dans le déploiement de tout un arsenal de nouvelles « innovations » numériques. Par le prisme de différents programmes, les différents paliers gouvernementaux souscrivent benoîtement à l’idéologie selon laquelle l’invasion du numérique au cœur de nos sociétés est un élément nécessaire à l’économie, au « développement durable », au bien-être et à un meilleur gouvernement des peuples… ».

Lire la suite.

Minismalisme numérique (minimalisme digital)

Fiche no 1

La notion « minismalisme numérique » a été popularisée par Cal Newport, professeur en sciences informatiques à l’Université de Georgetown (États-Unis) dans un essai publié en 2019 et traduit en français l’année suivante[1]. Selon l’auteur, le « minimalisme numérique » est une « philosophie » de l’utilisation des technologies, il renvoie à un ensemble de pratiques à mettre en place selon des « valeurs » personnelles.

La notion s’adresse foncièrement aux individus, aux quidams. Il n’est donc pas surprenant que la notion ait été reprise par de nombreux blogues francophones personnels[2]. Ceux-là font la promotion de différentes méthodes, par exemple, pour réduire le temps passé sur les écrans, pour sélectionner les outils numériques essentiels et « compenser le coût écologique de notre activité numérique » [sic] (entendons ici « compensation carbone ») à l’aide du moteur de recherche Ecosia ou de lilo[3].

Continuer la lecture de « Minismalisme numérique (minimalisme digital) »

Parution : Contre l’alternumérisme

Parution du livre Contre l’alternumérisme (2020) de Julia Laïnae & Nicolas Alep aux éditions La lenteur.

Couverture du livre Contre l'alternumérisme

« Pourquoi nous ne vous proposerons pas d’“écogestes numériques” ni de solutions pour penser une “démocratie numérique”. »

Résumé de l’éditeur

L’alternumérisme a le vent en poupe : cyberminimalisme, smartphones équitables, inclusion numérique, ateliers de détox digitale, logiciel libre, open data, démocratie en ligne, neutralité du net… ils sont nombreux à croire, (ou à vouloir nous faire croire), que la nouvelle économie de l’information pourrait tourner à l’avantage de tous ou, du moins, qu’on pourrait en contenir les effets les plus néfastes. Ce livre détruit méthodiquement cette théorie dangereuse, appelle à s’extraire de l’utopie numérique, à refuser la numérisation du monde.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search