Refaçonner les imaginaires des technologies : esquisse d’une typologie des imaginaires alternatifs explorés dans un atelier de spéculation

À l’occasion de la dernière rencontre du cycle sur les imaginaires du développement technologique, nous avons co-organisé un atelier de spéculation avec le studio Design Friction auquel ont participé des chercheurs en SHS et un ingénieur.

Cet atelier visait à explorer par la pratique de la fabulation spéculative les imaginaires de sorties, qui recouvrent différentes dimensions : il s’agit de sortir des imaginaires hégémoniques, ce qui fait écho au fait de bifurquer, rediriger, refaçonner, voire renoncer à certaines trajectoires culturelles des technologies actuelles. L’enjeu est en effet de faire des choix, de questionner la manière dont sont faits ces choix quand les technologies soulèvent des problématiques techniques mais aussi sociales, culturelles, et politiques.

Pour préparer cet atelier nous avons travaillé sur une esquisse de typologie de ces imaginaires alternatifs, en nous appuyant sur les auteurs qui nous ont inspirés tout au long du cycle de rencontres.

Esquisse de typologie des imaginaires socio-techniques de sortie. Catoir-Brisson et Caccamo 2023. 

Ces imaginaires ont servi de base à la création des cartes de médiation ludique par le studio Design Friction afin d’accompagner les participants dans le processus de refaçonnage des objets.

Deux activités étaient proposées. D’une part, les participants devaient refaçonner les objets-archétypes d’imaginaires dominants qu’ils choisissaient dans les cartes à disposition. Parmi les objets-archétypes, on peut citer le drone, Chat GPT, le sérum anti-âge ou encore le métavers. Puis dans un second temps ils devaient construire des micro-récits spéculatifs autour des imaginaires de sortie associés à cet objet refaçonné, et les incarner dans des supports de communication variés à disposition (notice d’utilisation, retour d’expérience, affiche, journal intime etc).

Un exemple a d’abord été présenté par l’équipe, sur le casque de réalité virtuelle, pour montrer la possibilité d’explorer différents degrés de refaçonnage à partir d’un même imaginaire de sortie (en l’occurrence l’imaginaire de la cosmotechnie). 

Les participants organisés en équipe ont ensuite exploré trois objets en particulier : le smartphone, le frigo connecté et la fusée, refaçonnés respectivement par les imaginaires de la post-croissance, de l’afrofuturisme et de la maintenance. Souvent, les participants ont combiné différents supports d’expression pour raconter leurs histoires.

Une équipe de participants discutant autour des cartes tirées.

Il est intéressant de noter que les imaginaires alternatifs ont été déployés à partir de référents culturels existants aujourd’hui : les expériences connues nourrissant la spéculation à partir d’un recul critique sur les imaginaires hégémoniques associés à chaque objet-archétype. Les imaginaires de sorties explorés ont ouvert de nouvelles perspectives sur les relations entre les technologies, les humains et leurs milieux de vie. Mais cette perspective critique se retrouvent aussi dans les histoires proposées pour mettre en lumière les risques de détournement ou de mésusages des technologies refaçonnées. Le design fiction a permis de mettre à distance les expériences qui semblent préférables et soulèvent d’autres questions d’usages. L’atelier a confirmé l’enjeu fort de se saisir de ces imaginaires alternatifs des technologies pour repenser les technologies d’aujourd’hui.

D’autres expérimentations gagneraient à être menées avec d’autres participants, notamment des citoyens, pour développer ce travail sur le soin à apporter aux valeurs associées aux imaginaires des technologies à venir.

Remerciements spéciaux à Léa et Bastien de Design Friction ainsi qu’aux participants : Sandra, Jean-Louis, Zoé, Elvira, Marie-Julie, Florent et Estelle.

Imaginaires de l’IA et représentations du traitement algorithmique dans la fiction

À l’occasion de l’événement ECOPOSS, se tenait du 267 au 28 octobre 2022 le colloque À l’épreuve des données : sensibilité, interprétation, appropriation des données numériques organisé par Tyler Reigeluth à l’Université Catholique de Lille.

Continuer la lecture de « Imaginaires de l’IA et représentations du traitement algorithmique dans la fiction »

Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction

Qu’y a t’il de commun entre l’installation Casino Las Datas, réalisée par Sylvia Fredriksson Filipe Vilas-Boa et Albertine Meunier en 2017, un projet expérimental comme Mahjouba Initiative, porté par Eric Van Hove à l’atelier Luma à Arles et le Streamix proposé par des étudiants en design pour écouter et partager de la musique sans streaming en 2021 ?

Ces projets interrogent tous nos usages des dispositifs et environnements numériques, de nos données personnelles et invitent à questionner les trajectoires culturelles des technologies actuelles pour en imaginer d’autres, alternatives.

L’article “Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction co-écrit par Marie-Julie Catoir-Brisson et Nicolas Chauveau et publié dans la revue Design, Arts, Médias fin 2021 s’intéresse justement au design low-tech et à la sobriété numérique portés par des projets qui s’appuient sur l’éco-conception ou la réutilisation de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Ces projets ouvrent la voie à un imaginaire de la technologie qui questionne l’acceptabilité d’objets de moindre confort. Ainsi, dans quelles mesures se transforme notre relation aux objets et services numériques ? Comment continuer à faire du design et cultiver la désirabilité avec des ressources limitées ? Qu’est ce qui constitue un usage dégradé désirable – où le peu s’envisage comme une contrainte créative ? Pour répondre à ce questionnement, l’analyse du corpus de projets démontre la contribution du design pour faire émerger d’autres trajectoires culturelles de la technologie par la pratique, conduisant à définir des usages dégradés désirables.

Continuer la lecture de « Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction »

Sobriété numérique

Fiche n°3

Le terme « sobriété numérique » a été mentionné pour la première fois en 2008 dans la communauté GreenIT.fr, fondée par Frédéric Bordage, pour questionner les dimensions sociale, sociétale et environnementale du numérique. La sobriété concerne à la fois les composants, la consommation d’énergie nécessaire, l’impact carbone ou encore celui des data centers dans l’environnement dans lesquels ils s’inscrivent.

Continuer la lecture de « Sobriété numérique »

Low-tech

Fiche no 2

Nombreux sont les projets de design numérique qui se revendiquent de plus en plus dans une démarche de conception dite low-tech. Que recouvre ce terme et comment le resituer dans une réflexion sur les imaginaires des techno-médias alternatifs ?

S’il existe plusieurs définitions du terme, on peut distinguer deux définitions du low-tech. Il désigne le plus souvent des « technologies sobres, agiles, durables, résilientes » (Bihouix, 2014). Mais le terme est aussi utilisé pour qualifier une méthode de « conception raisonnée, résiliente et accessible de la technologie » (Valette, 2019).

Continuer la lecture de « Low-tech »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search