Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction

Qu’y a t’il de commun entre l’installation Casino Las Datas, réalisée par Sylvia Fredriksson Filipe Vilas-Boa et Albertine Meunier en 2017, un projet expérimental comme Mahjouba Initiative, porté par Eric Van Hove à l’atelier Luma à Arles et le Streamix proposé par des étudiants en design pour écouter et partager de la musique sans streaming en 2021 ?

Ces projets interrogent tous nos usages des dispositifs et environnements numériques, de nos données personnelles et invitent à questionner les trajectoires culturelles des technologies actuelles pour en imaginer d’autres, alternatives.

L’article “Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction co-écrit par Marie-Julie Catoir-Brisson et Nicolas Chauveau et publié dans la revue Design, Arts, Médias fin 2021 s’intéresse justement au design low-tech et à la sobriété numérique portés par des projets qui s’appuient sur l’éco-conception ou la réutilisation de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Ces projets ouvrent la voie à un imaginaire de la technologie qui questionne l’acceptabilité d’objets de moindre confort. Ainsi, dans quelles mesures se transforme notre relation aux objets et services numériques ? Comment continuer à faire du design et cultiver la désirabilité avec des ressources limitées ? Qu’est ce qui constitue un usage dégradé désirable – où le peu s’envisage comme une contrainte créative ? Pour répondre à ce questionnement, l’analyse du corpus de projets démontre la contribution du design pour faire émerger d’autres trajectoires culturelles de la technologie par la pratique, conduisant à définir des usages dégradés désirables.

Continuer la lecture de « Vers des usages dégradés désirables : nouveaux imaginaires du design d’interaction »

Sobriété numérique

Fiche n°3

Le terme « sobriété numérique » a été mentionné pour la première fois en 2008 dans la communauté GreenIT.fr, fondée par Frédéric Bordage, pour questionner les dimensions sociale, sociétale et environnementale du numérique. La sobriété concerne à la fois les composants, la consommation d’énergie nécessaire, l’impact carbone ou encore celui des data centers dans l’environnement dans lesquels ils s’inscrivent.

Continuer la lecture de « Sobriété numérique »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search