Sobriété numérique

Fiche n°3

Le terme « sobriété numérique » a été mentionné pour la première fois en 2008 dans la communauté GreenIT.fr, fondée par Frédéric Bordage, pour questionner les dimensions sociale, sociétale et environnementale du numérique. La sobriété concerne à la fois les composants, la consommation d’énergie nécessaire, l’impact carbone ou encore celui des data centers dans l’environnement dans lesquels ils s’inscrivent.

C’est aussi dans le contexte de la transition énergétique que se développe la réflexion sur la sobriété numérique, faisant apparaître une contradiction entre la trajectoire des technologies numériques aujourd’hui – responsables de 3,7% des émissions de CO2 mondiales en 2018 selon The Shift Project – et les accords internationaux sur le climat, notamment en Europe (accord de Paris sur le climat en 2015, par exemple).

La sobriété numérique est liée à une réflexion plus large sur la responsabilité et la soutenabilité en matière de conception, mais elle concerne aussi les usages et les usagers du numérique. L’objectif est de concevoir des services numériques plus sobres et de modérer les usages.

« La sobriété numérique vise à rendre le système numérique résilient : le but est de créer un cadre qui génère des usages compatibles avec les limites et les ressources. » 

The Shift Project

The Shift Project publie trois rapports entre 2018 et 2020 sur la sobriété numérique : le premier comprend une série de leviers envisagés pour la mettre en application au sein des entreprises, le second est centré sur l’impact de la vidéo, et le dernier propose de déployer la sobriété numérique dans la société.

Deux moyens d’action sont mobilisés : la réglementation légale et le design de systèmes qui génèrent des usages sobres. Ce qui signifie qu’au-delà des efforts individuels de chaque usager, c’est aussi tout le système du design numérique qu’il faut repenser pour déployer la sobriété numérique en l’incarnant dans des projets.

Cela implique donc un changement de paradigme dans la conception numérique, en prenant en compte les ressources nécessaires et disponibles ainsi que la pérennité des systèmes dès le début de la conception. Ce changement concerne à la fois un système technique comme un système d’usage, nécessitant un changement dans les comportements individuels et collectifs.

La sobriété numérique est aussi liée aux mouvements du low-tech et du recyclage, dans la mesure où la finalité est de s’appuyer davantage sur des matériaux et réseaux existants plutôt que d’en créer de nouveaux. Elle s’inscrit donc aussi dans la démarche du numérique responsable qui concerne à la fois l’empreinte économique, écologique, sociale et sociétale. 

Du côté des designers et développeurs, le manifeste polémique d’UbuWeb est aussi intéressant, dans la mesure où la sobriété numérique incarnée dans une série de principes de conception que chaque concepteur peut s’approprier pour les intégrer dans sa démarche.

Fabrice Flipo, Professeur de philosophie sociale et politique à l’Institut Mines Telecom d’Evry, a aussi engagé une réflexion sur la sobriété numérique présentée dans une communication en août 2015, à l’école d’été du CNRS à Clermont-Ferrand, intitulée : « Energie et développement durable : l’enjeu de l’équité et de la sobriété ». Il intervient aussi le 17 septembre 2020 dans le cycle de conférences du GT Politiques environnementales du numérique dans une communication intitulée « Les enjeux de la sobriété numérique ».

Plusieurs initiatives se développent de manière fragmentée, en particulier dans les pays du Nord pour proposer des pistes concrètes ouvrant sur de nouvelles trajectoires sociales de conception des technologies numériques. Mais le questionnement sur la la sobriété numérique se fait aussi dans le contexte de l’inégalité des infrastructures liées au numérique, que ce soit à l’échelle d’un pays (ville/campagne) ou à l’échelle plus large des rapports entre pays du Nord et du Sud. Ces dimensions culturelles, interculturelles et géo-politiques doivent aussi être prises en compte pour proposer de nouvelles perspectives théoriques et de conception.

Ressources en ligne :

  • GreenIT.fr : communauté des acteurs du numérique responsable fondée en 2004, qui s’intéresse à la sobriété numérique, à l’écoconception des services numériques, à la lowtech, et plus globalement à un avenir numérique alternatif.
  • The Shift Project : think tank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone.
  • Manifeste pour une sobriété numérique, revue Socialter, 2017.

Auteur/autrice : Marie-Julie CATOIR-BRISSON

Maîtresse de conférences en design et communication Membre du laboratoire PROJEKT, Université de Nîmes Membre associée au MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne