Minismalisme numérique (minimalisme digital)

Fiche no 1

La notion « minismalisme numérique » a été popularisée par Cal Newport, professeur en sciences informatiques à l’Université de Georgetown (États-Unis) dans un essai publié en 2019 et traduit en français l’année suivante[1]. Selon l’auteur, le « minimalisme numérique » est une « philosophie » de l’utilisation des technologies, il renvoie à un ensemble de pratiques à mettre en place selon des « valeurs » personnelles.

La notion s’adresse foncièrement aux individus, aux quidams. Il n’est donc pas surprenant que la notion ait été reprise par de nombreux blogues francophones personnels[2]. Ceux-là font la promotion de différentes méthodes, par exemple, pour réduire le temps passé sur les écrans, pour sélectionner les outils numériques essentiels et « compenser le coût écologique de notre activité numérique » [sic] (entendons ici « compensation carbone ») à l’aide du moteur de recherche Ecosia ou de lilo[3].

La rhétorique de Newport fait essentiellement reposer le fardeau éthique sur les pratiques individuelles. Cette rhétorique alternumériste repose sur les dispositions organisationnelles et surtout morales des individus. Misant sur le « bon sens » et la mesure personnelle, l’argumentaire n’interroge aucunement les politiques et les industriels du numérique responsables du déferlement numérique : « En soi, la technologie n’est ni bonne ni mauvaise. L’important est de l’utiliser en conformité avec nos propres objectifs et valeurs, sans nous laisser manipuler », écrit NewPort (2020).

Cette rhétorique reconduit par ailleurs le topos de la neutralité technique mainte fois mis en lumière par la technocritique après Jacques Ellul.

Classification de la notion : individuel, utilisation (usages), reproduction du topos de la neutralité

Termes connexes : sevrage numérique, détox numérique, désencombrement numérique, cyberminimalisme


[1] Cal NEWPORT, Minimalisme numérique, Montréal, Éditions de l’Homme, 2020 (paru en anglais chez Penguin en 2019).

[2] Cf. par ex. : <https://ecoloimparfaite.com/minimalisme-numerique/> ; <https://www.rosenoisettes.com/2017/09/minimalisme-numerique-vers-lefficacite.html> ; <https://www.refinery29.com/fr-fr/methode-de-desencombrement-numerique> ; <https://ploum.net/a-la-poursuite-du-minimalisme-numerique/> ; <https://etre-minimaliste.com/pollution-numerique-strategie-pour-un-desencombrement/> ; <https://chut.media/influence/digital-minimalisme-desobeissance-numerique/>.

[3] Cf. <https://moinscestmieux.com/2016/04/25/le-minimalisme-numerique/>. Ecosia est un moteur de recherche commercial qui développe une rhétorique de « développement durable » ainsi qu’un discours philanthropique : l’entreprise dit planter des arbres pour « compenser » la pollution générée par l’activité sur son moteur de recherche, mais en contrepartie le moteur de recherche fonctionne…grâce à l’affichage publicitaire. Ecosia est un exemple même d’alliance entre capitalisme numérique et discours « vert » (développement durable 2.0). Lilo, quant à lui, est un moteur de recherche qui « qui finance des projets sociaux et environnementaux » et procède à de la « compensation carbone »…grâce à l’affichage publicitaire. Dans sa rhétorique de développement durable et d’économie solidaire, l’entreprise française instrumentalise un élément naturel par l’emploi de la métaphore de la goutte d’eau : « Lilo transforme ces gouttes d’eau en argent et effectue un don à ce projet. » Cf. <https://www.lilo.org/fr/faq/>.


Auteur/autrice : Emmanuelle CACCAMO

Emmanuelle Caccamo est docteure en sémiologie. Elle est professeure au Département de lettres et communication sociale de l'Université du Québec à Trois-Rivières.