Low-tech

Fiche no 2

Nombreux sont les projets de design numérique qui se revendiquent de plus en plus dans une démarche de conception dite low-tech. Que recouvre ce terme et comment le resituer dans une réflexion sur les imaginaires des techno-médias alternatifs ?

S’il existe plusieurs définitions du terme, on peut distinguer deux définitions du low-tech. Il désigne le plus souvent des « technologies sobres, agiles, durables, résilientes » (Bihouix, 2014). Mais le terme est aussi utilisé pour qualifier une méthode de « conception raisonnée, résiliente et accessible de la technologie » (Valette, 2019).

Trois principes caractérisent l’approche low-tech, qui concerne à la fois la conception d’objets, systèmes, services qui doivent être utiles, durables et accessibles. Une économie à la source, une conception durable et une production respectueuse de l’humain et de l’environnement, telles sont les valeurs associées à cette démarche de conception qui se veut alternative.

low tech
Illustration de Marine Joumard pour la revue Socialter L’avenir sera low-tech, p. 33

Ce schéma représente de manière plus détaillée neuf caractéristiques du low-tech dont le design se doit d’être à la fois sobre, minimaliste, modulable et ouvert, recyclable, réparable et garanti sans effet rebond. Cela implique de modifier la stratégie de production à partir d’autres ressources plus durables mais aussi envisager dès la conception la maintenance de l’objet ou du service, en mettant à disposition en libre accès les outils et connaissances nécessaires.

Le low-tech se présente ainsi comme un changement de culture technique, de rapport entre humain/machine/environnement. C’est aussi un paradigme de conception qui passe de l’expert au citoyen, de la logique de cycle de vie courte du produit à une logique de conception qui anticipe la réparation en autonomie et le recyclage avec tout un écosystème de service et acteurs en réseau.

De la production à la consommation, en passant par le transport, la distribution et le recyclage avec de multiples acteurs de la chaîne de vie du produit ou service, c’est tout un modèle organisationnel qui accompagne ce changement de paradigme de conception.

Au-delà de ces éléments de définition contemporains, le terme low-tech renvoient à d’autres concepts plus anciens sur lesquels ils seraient pertinent de revenir pour approfondir la cartographie conceptuelle dans lequel il s’inscrit. C’est le cas des concepts d’ « outils conviviaux » (Illitch, 1973) ou encore d’« intermediate technonology » ou technologies appropriées (Schumacher, 1974).

Le low-tech se présente aussi dans le prolongement des courants de l’open source et du DIY (Nova, 2020) . Il est associé à la culture individuelle du libre, de la fabrique « fait-maison ». Dans le contexte de la culture des Fab Labs et autres tiers-lieux peuplés de « makers », le low-tech proposerait un autre rapport à la technologie, visant à ouvrir la boîte noire en faisant par soi-même. Il offrirait ainsi un pouvoir d’action et de contre-culture aux citoyens par rapport aux spécialistes des NTIC (ingénieurs, informaticiens, industriels).

La culture low-tech est aussi souvent associée à des usages singuliers, ancrés dans des pratiques locales, en opposition à l’uniformisation de la culture de la conception industrielle. Est-ce à dire que cette approche de la conception est incompatible avec une conception à grande échelle, et donc non extensible à logique industrielle ?

C’est à ce niveau qu’il semble pertinent de s’interroger sur ce que signifie le terme « tech », en resituant la technologie dans une réflexion plus large sur la technique (Roussilhe, 2020). 

Au-delà de juxtaposer des définitions de la technique selon différentes approches disciplinaires, il est intéressant de construire une approche transversale de la technique, englobant des objets, processus, systèmes et activités et comportements de manière systémique. Cette approche permet de démontrer que le développement du low tech s’inscrit dans des valeurs propres à toute innovation technique, qu’il faut identifier. En effet, chaque innovation technique s’inscrit dans des trajectoires, et est soumise à des choix culturels » (Gras, 2013) qu’il est pertinent de mettre en lumière. La trajectoire sociale qui se dessine avec le low-tech, c’est-à-dire la vision du monde et du rapport à l’autre qui est proposée, doit être finement étudiée.

La multiplicité des types de projets relevant du low-tech demande une étude plus approfondie visant à classer les différentes initiatives pour catégoriser les projets selon leurs objectifs. Trois critères pourraient être utiles pour mener cette étude, selon que les projets portent sur les matériaux (recyclables), les dispositifs (hard et soft), les réseaux d’acteurs (réparation, ressourcerie) qui sont actuellement développés.

On pourrait aussi les analyser à partir des questions suivantes : – En quoi ces projets low-tech amènent-ils à préciser ce qu’on entend par soutenabilité?  – Quels imaginaires les accompagnent et circulent à l’échelle locale et globale ? – Quels sont les limites et les enjeux de ces projets low-tech, dans les discours comme dans les solutions alternatives proposées à la technologie ?- Comment les imaginaires low tech répondent à ces enjeux mai aussi aux lacunes ou impasses de notre société actuelle ?

Bibliographie 

Bihouix P. 2014. L’âge d’or des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Seuil.

Damasio A. 2019. Les furtifs, La Volte.

Dorne J. 2019, Quel avenir pour les sites « low-tech » ? Graphisme & interactivité. En ligne : https://graphism.fr/quel-avenir-pour-les-sites-low-tech/

Gras A. 2013. Les imaginaires de l’innovation technique, Paris, Manucius.

Illich. I. 1973. La convivialité. Seuil 

Nova N. 2020. Artisanat éléctronique : enquêtes sur les « docteurs smartphones », Séminaire DEIS, Université de Nîmes (23 janvier).

Roussilhe, G. 2020. Une erreur de « tech », Design et recherche pour les transitions. En ligne : http://www.gauthierroussilhe.com/fr/posts/une-erreur-de-tech#tech

Ritimo (collectif). 2020. Low tech : face au tout-numérique, se réapproprier les technologies. En ligne : https://www.ritimo.org/Low-tech-face-au-tout-numerique-se-reapproprier-les-technologies-8264

Sopra Steria (agence). 2020. « Tech for good » : le guide pour un numérique raisonné, Usbek et Rica. En ligne : https://usbeketrica.com/article/tech-for-good-le-guide-pour-un-numerique-raisonne

Schumacher E.F. 1974. Small is beautiful. London: Blond & Briggs.

Schumpeter J. 1942. Capitalism, Socialism and Democracy, Harper.

Stead, M Coulton P. & Lindley J. 2019.  Spimes Not Things. Creating A Design Manifesto For A Sustainable Internet of Things, The Design Journal, 22:sup1, 2133-2152. En ligne : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/14606925.2019.1594936

Valette J-J. 2019. Le numérique : citadelle high-tech ? Socialter hors-série L’avenir sera low-tech, p.32-35.

Partage de ressources à lire, écouter, regarder

  • Une vidéo d’une conférence de P. Bihouix  

Auteur/autrice : Marie-Julie CATOIR-BRISSON

Maîtresse de conférences en design et communication Membre du laboratoire PROJEKT, Université de Nîmes Membre associée au MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne